Guide de culture des autofloraison en intérieur et extérieur

Cultiver

Les souches autofloraison fleurissent par elles-mêmes et vous rendent la vie plus facile. Leur phase de croissance est également plus courte. Si vous décidez d’opter pour une variété autofloraison, vous ne savez peut-être pas s’il vaut mieux la cultiver en intérieur ou en extérieur.

Ce guide de culture pour les variétés autofloraison va vous donner toutes les clés pour devenir un pro de leur culture, en intérieur ou en extérieur.

Culture des variétés autofloraison : extérieur ou intérieur ?

L’un des avantages des variétés autofloraison est que vous pouvez les cultiver en intérieur et en extérieur. Il y a des avantages et des inconvénients à chaque mode de culture : il est donc important de voir lequel fonctionne le mieux pour vous. Découvrez vite les avantages, inconvénients et beaucoup d’autres conseils utiles pour obtenir de belles plantes de cannabis.

Culture des variétés autofloraison en extérieur

Lorsque les autofloraisons poussent en extérieur, elles reçoivent beaucoup d’énergie solaire. Vous n’avez donc pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour entretenir vos plantes. Vous économisez aussi de l’énergie et un peu d’argent avec une culture en extérieur.

Les plantes cultivées en extérieur créent plus de résine, ce qui vous permet d’obtenir de superbes bourgeons résineux. En général, les plantes automatiques sont plus petites que les autres types de souches, mais la culture en extérieur peut donner naissance à des plantes plus grandes. La hauteur moyenne est de plus d’un mètre, mais la génétique d’une souche peut grandement influencer sa taille.

L’inconvénient à cultiver les autofloraison en extérieur est le caractère incontrôlable des conditions météorologiques : le climat peut être pluvieux et des vents forts peuvent endommager vos cultures. Les parasites et les nuisibles posent également problème. Il est également possible que le pollen d’une plante mâle parvienne jusqu’à vos souches femelles.

La culture de graines autofloraison en extérieur est une question de planification et de choix du meilleur emplacement. Ce guide vous explique le processus en détail.

Aller à : Comment cultiver des autofloraisons en extérieur

Culture des variétés autofloraison en intérieur

En intérieur, vous avez un contrôle total sur les conditions environnementales. Sans compter que vous n’avez pas à vous soucier des insectes ou des nuisibles. Les variétés autoflo ont également la possibilité d’atteindre leur plein potentiel toute l’année. Vous pouvez choisir un milieu de culture optimal et agir rapidement si quelque chose ne va pas avec vos cultures.

L’un des principaux inconvénients de la culture en intérieur est son coût. Vous devez dépenser de l’argent pour acheter des pots, des milieux de culture, des tentes, des pH-mètres et d’autres équipements. Sans compter que la facture énergétique peut augmenter en raison de l’utilisation fréquente d’ampoules électriques.

En intérieur, vous devez davantage surveiller le cannabis autoflo par rapport à la culture en extérieur. Vous passerez probablement des heures à contrôler les conditions et à former les plantes. La taille moyenne des plantes auto en intérieur est de près d’un mètre de haut.

La culture d’une variété autofloraison en intérieur implique de préparer une pièce dédiée avec l’équipement adéquat. Ce guide vous explique en détails comment bien cultiver un cannabis puissant en intérieur.

Aller à : Comment cultiver une variété autofloraison en intérieur

Conseils généraux pour la culture des autofloraison

Voici plusieurs conseils à mettre en œuvre pour bien cultiver les souches autofloraison :

Ne jamais rempoter

Certains cultivateurs peuvent être amenés à rempoter les variétés autofloraison pour les placer dans un plus grand récipient. Mais même avec la plus grande douceur, vous devriez éviter de transplanter vos autofloraisons : le principal problème est qu’un changement de milieu peut causer un choc au niveau des racines.

Ce choc pourrait retarder la croissance de la plante pendant plusieurs jours. Une autofloraison peut mettre un certain temps à se remettre de ce stress. Il est nécessaire de choisir le bon contenant avant de planter vos graines, ainsi, vous n’avez pas à vous soucier des restrictions d’espace et vous pouvez éviter d’avoir besoin de rempoter.

Choisir un milieu de culture aéré

Lorsque vous choisissez un milieu de culture, veillez à ce que ce dernier soit aéré et riche en nutriments. Un sol compact empêche l’eau de bien s’écouler. Bien entendu, l’air doit également se frayer un chemin jusqu’aux racines.

La masse racinaire doit pénétrer facilement dans la terre, c’est pourquoi un sol trop dense peut entraîner un stress pour la plante. Cependant, le milieu de culture ne doit pas être trop léger non plus, sinon les racines n’auront pas une bonne prise et ne pourront pas soutenir la plante.

Choisir la bonne taille de pot

Comme mentionné précédemment, il est important de choisir la bonne taille de pot avant de planter des graines autofloraison. Des pots plus grands donnent à la plante l’espace dont elle a besoin pour grandir : si vous optez pour un pot plus petit, vous pourrez avoir une plante de taille moindre.

Mais attention à ne pas choisir un pot trop grand, car les variétés autofloraison sont naturellement plus courtes, et vous risquez donc de gaspiller de la terre. La meilleure taille de pot se situe entre 5,5 et 9,5 litres. Vous pouvez expérimenter pour voir quels pots conviennent le mieux à vos plantes automatiques.

Former les plantes avec soin

De nombreux cultivateurs font appel à différentes méthodes de formation pour maximiser leurs rendements. Vous pouvez bien entendu utiliser ces techniques pour les plantes autofloraison, mais veillez à le faire avec précaution. Évitez les formations extensives pour réduire le risque de retard de croissance.

La méthode LST ou Low Stress Training est celle qui convient le mieux aux variétés autoflo. Elle consiste à courber la tige pour mieux répartir la lumière. Veillez à ce que le processus ait lieu pendant la phase végétative ; le faire trop tôt ou trop tard pourrait avoir un effet négatif sur le rendement.

Ne pas les suralimenter en nutriments

Une trop grande quantité de nutriments n’est pas toujours une bonne chose pour les variétés autoflo. Donner aux plantes beaucoup d’azote ou de phosphore peut conduire à une brûlure des nutriments. Si vous remarquez que vos feuilles brunissent aux extrémités, cela peut être le signe qu’une autofloraison a une brûlure de nutriments. Le reste des feuilles devient brun et se recroqueville si le problème persiste.

La suralimentation en nutriments est une erreur courante que le rinçage des racines peut aider à résoudre. Par ailleurs, certains milieux de culture sont déjà gorgés d’une grande quantité de nutriments : les autofloraisons peuvent ainsi bénéficier d’un soutien suffisant pendant les premières semaines.

Ne pas trop les arroser

Comme pour les nutriments, il ne faut pas donner trop d’eau aux plantes automatiques. Différents facteurs peuvent générer un surplus d’arrosage, comme la taille du pot et un sol trop froid. Trop d’eau peut perturber la croissance et l’apport en nutriments d’une plante. Les racines peuvent également pourrir.

Un arrosage excessif est une erreur fréquente, souvent résolue par le fait de laisser sécher un peu le sol. Vous pouvez ensuite recommencer à arroser, mais moins qu’avant. Soyez attentif aux signes, tels que des feuilles jaunes et tombantes.

Maintenir le bon niveau de PH, d’humidité et la bonne température

Les plantes de cannabis autofloraison se développent dans un sol légèrement acide qui leur permet d’absorber tous les nutriments. La meilleure fourchette de pH se situe entre 6,0 et 6,9, et le pH optimal est 6,5.

Lorsque vous faites pousser, des températures extrêmes peuvent nuire à vos plantes autofloraison. Vos cultures prospèrent entre 21 et 29 degrés, voire plus pendant la phase végétative.

En ce qui concerne l’humidité, les premiers stades requièrent une humidité entre 40 % et 70 %. Idéalement, la pièce devrait avoir environ 55 % d’humidité pendant la phase de floraison. Vous pouvez utiliser un hygromètre pour vous assurer que l’humidité n’est pas trop élevée.

Comment cultiver une variété autofloraison en extérieur ?

Si vous ne savez pas comment cultiver une souche autofloraison en extérieur, voici quelques étapes pour vous aider :

  1. Planifier à l’avance
  2. Choisir le bon endroit
  3. Préparer votre culture
  4. Faire germer les graines
  5. Cultiver les autofloraisons
  6. Récolter, sécher et maturer le cannabis
  7. Savourez !

1. Planifier à l’avance

Il est essentiel de bien planifier une culture en extérieur. Décidez quel type de graines vous voulez utiliser. Par exemple, la Gorilla Glue auto est une variété parfaite pour un environnement ensoleillé et chaud, et elle peut supporter les climats pluvieux. L’AK-47 auto est également un bon choix pour une culture en extérieur. Cette variété sativa classique est productive et peut pousser dans presque toutes les conditions.

Certains cultivateurs optent aussi pour des graines de Northern Light x Big Bud auto. Vous devez faire attention au taux d’humidité, mais la souche peut produire un excellent rendement dans des climats tempérés et secs.

Les plantes autofloraison ne sont pas soumises à l’alternance des cycles jour/nuit comme les graines féminisées. Vous avez ainsi plus de marge de manœuvre sur le moment de planter vos graines, surtout dans les climats méditerranéens. Comme avec les autres graines, le meilleur moment se situe au printemps.

Le mois de mars est idéal, et de nombreux cultivateurs plantent à cette époque pour obtenir des récoltes multiples à la fin de l’automne.

2. Choisir le bon endroit

Vous pouvez bien sûr choisir de cultiver en pleine terre, mais les balcons et les terrasses sont aussi des choix populaires parmi les cultivateurs de cannabis. Les plantes autofloraison doivent toujours recevoir environ 10 à 12 heures de lumière du soleil par jour. Les différentes périodes de l’année peuvent affecter la quantité de lumière reçue par la plante.

Les cultivateurs plantent souvent dans un endroit orienté plein sud pour obtenir de meilleurs résultats. Outre la lumière, le vent peut jouer un rôle crucial lorsque vous décidez de cultiver des autofloraisons, notamment car les jeunes plantes peuvent être vulnérables aux fortes rafales de vent.

3. Préparer votre culture

Il est sage de préparer tout ce dont vous avez besoin avant de vous lancer : les graines, la zone de culture et les outils nécessaires. Un bon équipement comprend les éléments nécessaires à la germination et à la culture de graines autofloraison.

Observez la qualité du sol naturel à l’extérieur. Vous aurez probablement besoin d’un milieu de culture dont le pH et les nutriments sont adéquats. Vous devrez également vous munir d’un insecticide organique si les insectes deviennent une nuisance à votre culture.

4. Faire germer les graines

La plupart du temps, la germination des graines de cannabis prend 48 à 72 heures. Cependant, le processus peut prendre un peu plus longtemps. Il existe des méthodes que vous pouvez utiliser pour faire germer une graine autofloraison. Par exemple, placer vos graines sur une serviette en papier humide pendant quelques jours.

Les graines plus anciennes peuvent aussi être trempées au préalable dans un verre d’eau, mais ne les laissez pas tremper pendant plus de 36 heures. Les boulettes de tourbe et les cubes de démarrage sont aussi efficaces pour faire germer la racine pivotante. Il suffit d’ajouter de l’eau, et vous pouvez intégrer les cubes dans le sol lorsque la graine est prête.

5. Cultiver les autofloraisons

Utilisez un crayon pour creuser un petit trou dans le sol et placez soigneusement le plant à l’intérieur. Couvrez-le et attendez que la plante arrive à maturité. Il faut compter 10 à 11 semaines avant que votre plant ne soit prêt pour la récolte.

En fonction du climat, veillez à ce que la plante reçoive suffisamment d’eau. En cas de pluie, séparez chaque plante pour un séchage plus rapide. Lorsque la plante passe de sa phase végétative à sa phase de floraison, elle a besoin de différents niveaux de chaque nutriment.

Utilisez aussi des mesures préventives pour empêcher les insectes et les nuisibles de ruiner vos cultures.

6. Récolter, sécher et maturer le cannabis

Les pistils de votre plante peuvent vous aider à identifier le bon moment pour la récolte de votre autofloraison. Environ 75 % des pistils doivent être bruns. Vous pouvez également vous procurer une loupe pour examiner les trichomes. Les trichomes doivent être d’un blanc laiteux.

La température de la chambre de récolte doit être de 21°C avec une humidité de 50 %. Avec une paire de ciseaux, coupez la base de la tige principale. Ensuite, enlevez les branches. Vous pouvez utiliser la méthode humide ou sèche pour tailler votre weed.

Voir aussi : comment récolter le cannabis

Une fois que les bourgeons sont taillés proprement, il est temps de les faire sécher et de les laisser maturer. Pour le faire sécher, placez le cannabis dans une pièce où la température est plus fraîche et le taux d’humidité plus faible. Pour faire maturer les bourgeons, mettez le cannabis dans un bocal en verre et gardez-le dans l’obscurité.

7. Savourez !

Ça y est, vous pouvez profiter de votre récolte ! Retirez les bourgeons séchés et consommez-les à votre guise.

Conseils pour cultiver les autofloraison en extérieur

Le premier conseil est d’utiliser une serre. Elle est utile pour protéger vos autofloraison des intempéries. Elle vous permet aussi d’éviter que les graines ne soient malencontreusement pollinisées.

Tous les insectes ne sont pas nuisibles. Par exemple, les coccinelles sont excellentes pour se protéger des larves. Enfin, laissez suffisamment d’espace entre chaque plant pour que l’air puisse circuler entre les branches.

Comment cultiver une variété autofloraison en intérieur ?

Si vous préférez cultiver une variété autofloraison en intérieur, voici les étapes à suivre :

  1. Choisir la bonne génétique
  2. Préparer la salle de culture et l’installation
  3. Utiliser la bonne lumière et le bon sol
  4. Faire germer les graines
  5. Cultiver les graines autofloraison
  6. Récolte, séchage et maturation du cannabis
  7. Savourez !

1. Choisir la bonne génétique

De nombreuses variétés autofloraison sont parfaites en intérieur, et chacune d’entre elles offre une génétique qui a ses propres avantages. Par exemple, les graines autofloraison de Critical Purple prospèrent dans ce type d’environnement et sont faciles à faire germer.

Vous pouvez aussi opter pour une variété comme la Blue Cheese auto ; idéale pour les cultivateurs novices. La Gelato auto convient également en intérieur, et donne naissance à des plantes qui nécessitent moins d’entretien que les autres.

2. Préparer la salle de culture et l’installation

Pour une culture réussie, vous aurez besoin de plusieurs éléments pour préparer votre installation. Tout d’abord, choisissez la pièce où vous voulez cultiver, ou envisagez d’utiliser une tente de culture. Assurez-vous que l’espace dispose d’une bonne ventilation. Un filtre à charbon peut aussi s’avérer utile.

Un thermomètre vous permet de savoir si la chambre de culture est trop chaude ou trop froide. Munissez-vous également de pots, de substrats de culture et d’ampoules électriques.

3. Utiliser la bonne lumière et le bon sol

Il existe différents types d’ampoules. Par exemple, les ampoules HID fournissent beaucoup de lumière mais produisent beaucoup de chaleur et consomment de l’électricité. La culture avec des lumières LED est un choix populaire chez les cultivateurs en raison de leur faible coût énergétique. Quel que soit le type d’ampoule que vous choisissez, assurez-vous qu’il y a suffisamment d’espace entre elle et votre plant.

Comme mentionné précédemment, un bon milieu de culture est suffisamment aéré. En cela, un sol mélangé est le meilleur choix. Par exemple, vous pouvez utiliser de la terre organique mélangée à de la vermiculite, de la perlite et de la fibre de coco.

4. Faire germer les graines

La germination est la première étape du cycle de vie du cannabis. Vous pouvez utiliser une serviette en papier humide pour faire germer vos graines. Trouvez une marque d’essuie-tout non poreux et vaporisez-le à nouveau s’il sèche.

Les graines dont la coque est plus épaisse peuvent être trempées dans l’eau pendant environ une journée. Certains cultivateurs utilisent aussi des cubes de démarrage pour leur facilité. Quelle que soit la méthode utilisée, vous allez donner naissance à de superbes plantes de cannabis.

5. Cultiver les graines autofloraison

Les jeunes plants de souches autofloraison sont sensibles à leur environnement. Heureusement en intérieur, vous pouvez contrôler l’humidité de l’air, la ventilation, la température, etc. Surveillez l’apparition de moisissures et éliminez celles que vous voyez.

Ne laissez pas le sol devenir sec, mais évitez de trop l’arroser. Donnez la bonne quantité de nutriments à la plante une fois que tous ceux du sol ont été absorbés. Vous pouvez aussi utiliser une méthode de formation pour créer de plus gros bourgeons.

6. Récolte, séchage et maturation du cannabis

Pendant la phase de floraison, gardez un œil sur les pistils et les trichomes. Leur changement de couleur vous indique le bon moment pour récolter. La plupart des pistils doivent devenir bruns, et les trichomes deviennent blancs.

Coupez les plantes et enlevez les branches. Coupez les grandes feuilles en éventail et commencez à tailler les bourgeons. Certaines personnes utilisent la méthode sèche, d’autres la méthode humide. Pour le séchage, vous pouvez suspendre votre cannabis ou le mettre sur un support de séchage.

Placez les bourgeons dans un bocal hermétique pour les faire sécher. Ce procédé améliore considérablement la qualité de votre cannabis.

7. Savourez !

Maintenant que vous avez terminé, vous pouvez profiter des fruits de votre travail ! Si vous avez le temps, vous pouvez planter de nouvelles graines autofloraison pour une nouvelle récolte.

Conseils pour cultiver les souches autofloraison en intérieur

Premier conseil : vous n’avez pas besoin de laisser les ampoules allumées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Environ 12 heures par jour devraient suffire pour une croissance saine. Avant de récolter, prenez le temps de rincer vos plantes. Le rinçage des racines des autofloraison permet de se débarrasser des nutriments en excès qui pourraient affecter la saveur des bourgeons.

Enfin, il n’est pas nécessaire de tout récolter en même temps. Coupez les bourgeons mûrs et attendez quelques jours pour que les autres les rattrapent.

En conclusion : cultiver des plantes autofloraison

La culture de plantes autofloraison est accessible à tous les types de cultivateurs. Cependant, ces variétés ont besoin d’attention, bien que certaines souches soient plus résistantes à diverses conditions environnementales. Jetez un œil à notre catalogue de graines autofloraison pour choisir la variété qui vous convient !