Comment séchage et la maturation du cannabis ?

Cultiver Information

Ça y est ! Vous êtes presque au bout du tunnel et vous allez bientôt pouvoir profiter de votre cannabis fraîchement cultivé ! Mais il vous reste encore quelques petites choses à faire pour améliorer la qualité de votre weed. Une fois que vous avez fini de récolter vos plants de cannabis, vous pouvez passer aux deux dernières étapes. Ce guide vous explique tout ce que vous devez savoir sur le séchage du cannabis et la technique du « curing », aussi appelée affinage.

Séchage du cannabis

Comme son nom l’indique, le séchage du cannabis consiste à réduire la quantité d’eau dans la récolte. C’est l’étape qui précède l’affinage, ou la maturation du cannabis. Le cannabis est placé dans une pièce séparée pour sécher pendant la durée nécessaire.

Si la weed ne sèche pas assez longtemps, l’intérieur risque d’être trop humide et les têtes risquent de développer des moisissures.

Pourquoi faut-il sécher le cannabis ?

L’un des principaux avantages du séchage du cannabis est lié au goût. Une weed bien séchée développera une bien meilleure saveur qu’une récolte encore humide. Par ailleurs, le fait de faire sécher le cannabis améliore la consommation et donne une weed plus douce en bouche.

Les bourgeons séchés ne collent plus, et ils peuvent également être conservés plus longtemps dans un récipient sous vide.

Comment faire sécher du cannabis

Après tous les efforts que vous avez déjà mis en œuvre pour cultiver et récolter votre cannabis, assurez-vous de réussir cette étape clé. Il est important de se préparer à l’avance et d’utiliser la bonne méthode. Pour sécher le cannabis efficacement, vous devez faire ces trois choses :

  1. Rassembler le matériel dont vous avez besoin
  2. Aménager votre chambre de séchage
  3. Suspendre vos plantes ou utiliser un support de séchage approprié

1. Rassembler le matériel dont vous avez besoin

L’un des premiers outils de la liste est une étagère de séchage. Elle contient plusieurs étagères, et il en existe de différentes formes et tailles. Certains cultivateurs préfèrent utiliser des cordes ou des fils à linge pour suspendre les bourgeons. Vous pouvez aussi vous munir d’un hygromètre.

L’hygromètre est un appareil qui vous permet de mesurer l’humidité d’une pièce. Certains peuvent également mesurer la température. Cet outil est très utile pour garantir des conditions optimales dans votre chambre de séchage.

Gardez aussi un ventilateur à proximité pour faire circuler l’air et empêcher l’humidité de s’accumuler. Un petit ventilateur peut faire l’affaire, mais vous devez éviter de diriger l’air directement sur les bourgeons, car cela pourrait les dessécher plus vite que prévu. Vous pouvez également utiliser un climatiseur ou un déshumidificateur pour lutter contre une trop forte humidité.

2. Aménager votre chambre de séchage

Comme vous l’avez fait pour la chambre de culture, vous devez créer une chambre de séchage : il s’agit d’un petit espace dédié à votre culture qui permet de mieux contrôler les conditions. Une fois que vous avez choisi un endroit, assurez-vous qu’il est propre pour éviter que les moisissures et autres maladies ne s’y installent.

La pièce réservée au séchage doit être aussi sombre que possible. La lumière, même ultraviolette, peut affecter la qualité de votre cannabis car elle dégrade les terpènes et les cannabinoïdes. Maintenez une température et une humidité optimales pour garantir le meilleur séchage possible à vos plants de cannabis.

Humidité et température

L’humidité doit se situer entre 40 et 50 %. La température peut se situer entre 15,5 °C et 21 °C. Certaines personnes préfèrent faire sécher dans une pièce plus fraîche pour conserver une majeure partie des cannabinoïdes et des terpènes. Testez différentes températures et différents niveaux d’humidité pour voir ce qui fonctionne le mieux dans votre chambre de séchage.

3. Suspendre vos plantes ou utiliser un support de séchage approprié

Une méthode que vous pouvez utiliser pour faire sécher votre cannabis est de le suspendre sur une corde. Ainsi, vous préservez les arômes plus longtemps, et c’est une excellente option pour ceux qui ont un budget limité ou ne veulent pas investir dans un support dédié.

Vous suspendez les branches à l’envers de telle sorte à ce que les bourgeons puissent être suffisamment espacés. Ainsi suspendues, les branches sèchent à l’air libre ou grâce à un ventilateur pour de meilleurs résultats.

Plusieurs cultivateurs utilisent un support de séchage, surtout s’ils produisent de la weed à des fins commerciales. Sur un support, vous devez déposer chaque bourgeon individuellement, ce qui peut prendre un peu plus de temps mais permet d’avoir un séchage bien ordonné. Séché ainsi, le cannabis a moins de risque de développer des moisissures ou d’autres types de contamination.

Combien de temps faut-il pour sécher le cannabis?

Lorsqu’il est suspendu, le cannabis met en moyenne 7 à 10 jours à sécher. La durée moyenne est de 7 jours si vous utilisez un support de séchage, mais elle peut varier d’une récolte à l’autre.

Une fois que votre weed est sèche, il vous reste encore une étape : l’affinage de la weed.

Mais avant cela, voici quelques conseils supplémentaires sur la façon la plus rapide de sécher la weed ; des astuces pratiques pour les cultivateurs pressés !

séchage du cannabis

Comment faire sécher le cannabis plus rapidement ?

Il existe plusieurs façons d’accélérer le processus de séchage du cannabis. Toutefois, évitez de le brusquer, au risque de détériorer la qualité des bourgeons. Les techniques que vous pouvez utiliser sont les suivantes :

Méthode de la chaufferie

Vous pouvez utiliser la chaufferie pour raccourcir la période de séchage. La chaufferie de votre maison est la pièce dans laquelle se trouve le ballon d’eau chaude. En général, cet espace présente une humidité relativement réduite, et les bourgeons peuvent y sécher en quelques jours seulement.

Non seulement vous raccourcissez la durée de séchage, mais en plus, vous n’avez pas à vous soucier de la puissance de votre weed car les chaufferies maintiennent en principe la température par elles-mêmes. En contrepartie, vous pourriez avoir à payer davantage sur votre prochaine facture d’électricité, et la qualité du goût peut également être légèrement altérée.

Les cultivateurs qui ont beaucoup de weed à faire sécher les suspendent généralement, et certaines combinent cette méthode avec celle du sac en papier.

La méthode du chauffage

Une autre technique que vous pouvez utiliser consiste à placer la weed près d’un chauffage. Vous pouvez en utiliser un qui fonctionne à l’électricité ou au gaz. Assurez-vous que la zone est bien ventilée avant de commencer, et veillez à ce que les bourgeons soient bien espacés pour éviter le développement de moisissures.

L’avantage de la méthode du chauffage est que l’air ambiant est réchauffé et qu’il est délesté d’une partie de son humidité. Les bourgeons peuvent ainsi sécher de manière efficace. Placez le chauffage dans un coin de la pièce, pas trop près de la weed.

Attention, il est possible que la méthode du chauffage sèche la weed trop rapidement. En conséquence, sa puissance pourrait se dégrader, ou vous pourriez vous retrouver avec du cannabis au goût âpre.

Méthode du four

Vous pouvez également faire sécher vos bourgeons au four. Pour ce faire, placez-les sur un plateau de four ou sur des plaques à biscuits. La température du four doit être comprise entre 125 et 140 degrés. Au total, la weed doit cuire pendant 10 minutes, et veillez à retourner les bourgeons à mi-cuisson.

Plusieurs cultivateurs choisissent de faire sécher le cannabis au four, car la chaleur déclenche un processus appelé décarboxylation : elle élimine les molécules de CO2 supplémentaires, ce qui a pour conséquence de booster le THC. Vous profitez ainsi d’une weed à la concentration en THC optimale.

Avec la méthode du four, les bourgeons peuvent ne pas avoir le même goût que ceux qui sont séchés plus lentement. Par ailleurs, ils perdront de leur puissance si vous les laissez trop longtemps dans le four. Enfin veillez à ce que le four ne soit pas trop chaud.

La méthode du micro-ondes

Croyez-le ou non, vous pouvez faire sécher votre récolte au micro-ondes ! Tout d’abord, réglez l’appareil à une puissance de 30 à 50 %. Ensuite, allumez le micro-ondes pendant environ 10 à 15 secondes. Laissez les bourgeons refroidir pendant une minute avant de les retourner. Vous pouvez répéter le processus jusqu’à ce que les bourgeons soient suffisamment secs.

La cuisson du cannabis au micro-ondes est l’une des méthodes de séchage les plus sûres. Il y a très peu de risques d’endommager les têtes avec cette méthode, mais elle présente quelques inconvénients. Parmi eux : les arômes de la weed peuvent être moindres, tout comme les niveaux de THC obtenus par rapport à d’autres méthodes.

La méthode du soleil

Certaines personnes choisissent de faire sécher la weed au soleil, et comme vous vous en doutez, le meilleur moment pour le faire est lorsqu’il fait chaud dehors. Vous pouvez placer les bourgeons dans un sac pour vous assurer qu’ils sèchent correctement. L’avantage de cette méthode est que les rayons du soleil éliminent l’humidité.

Après quelques jours, les bourgeons devraient être secs et prêts. Mais en contrepartie, les rayons du soleil risquent de détruire les terpènes et de rendre le cannabis cassant. Les cannabinoïdes peuvent aussi être endommagés.

Méthode de congélation

De nombreux cultivateurs congèlent leur cannabis pour le stocker. Mais vous pouvez aussi utiliser la congélation pour faire sécher votre récolte. Les basses températures du congélateur font ressortir l’humidité et la transforme en vapeur d’eau. Ensuite, la vapeur d’eau est aspirée de la plante par un vide à basse pression.

Comptez environ une journée pour que les bourgeons soient prêts. Vous pouvez acheter une unité de lyophilisation ou en construire une vous-même. L’un des avantages de cette méthode est que les bourgeons conservent leur intégrité et leurs couleurs. La perte de terpènes et de cannabinoïdes est également minime pendant ce processus.

L’inconvénient de cette méthode est que l’achat d’un congélateur peut être coûteux et que les bourgeons sont plus facilement cassables : les trichomes peuvent aussi se détacher s’ils ne sont pas manipulés avec précaution.

La méthode des sacs en papier

La dernière méthode que vous pouvez essayer consiste à utiliser des sacs en papier. Si les bourgeons sont petits, vous pouvez les placer dans des sacs en papier en papier marrons ; ceux que vous pouvez obtenir chez un marchand de fruits et légumes, et placer deux ou trois fleurs par sac. Vous devez les ouvrir plusieurs fois par jour pour faire circuler l’air et les laisser dans un endroit frais pendant trois à six jours.

Cette méthode a des points forts, notamment car les sacs peuvent emprisonner les arômes et préserver le goût. Les sacs en papier empêchent également la lumière de pénétrer, ce qui protège la qualité des bourgeons. Cependant, ils peuvent aussi retenir l’humidité à l’intérieur.

Avec cette méthode, les plus gros bourgeons ont tendance à prendre plus de temps à sécher et peuvent devenir plus vulnérables aux moisissures à cause de l’humidité emprisonnée.

Maturation du cannabis

Maturation du cannabis

Une fois que vous avez fini de faire sécher votre récolte, il est temps de passer au « curing », aussi appelé affinage ou maturation en français. Tous les cultivateurs ne procèdent pas à cette dernière étape, notamment ceux qui sont pressés de déguster leur weed, mais sachez qu’elle peut grandement améliorer la qualité de vos bourgeons.

L’affinage du cannabis : en quoi ça consiste et pourquoi y avoir recours ?

L’affinage du cannabis consiste tout simplement à placer les têtes de weed dans un bocal hermétique et à attendre. Comme avec les aliments, la maturation de la weed vise à préserver les saveurs et à améliorer la qualité de la weed lorsqu’elle est consommée. Le processus empêche la perte de la petite quantité d’humidité restante.

L’affinage de la weed empêche également la dégradation des terpènes ainsi que les risques de moisissure. Dans un environnement d’affinage optimal, les minéraux et les sucres indésirables sont décomposés.

Comment bien affiner le cannabis rapidement ?

Pour faire maturer efficacement la weed, suivez ces trois étapes simples :

  1. Placez les bourgeons dans des bocaux en verre
  2. Fournissez la bonne température et un bon degré d’humidité
  3. Attendez et surveillez votre weed

1. Placez les bourgeons dans des bocaux en verre

De nombreux cultivateurs utilisent des bocaux en verre pour stocker le cannabis pendant sa maturation. Les bocaux doivent être étanches pour conserver les saveurs et les arômes de la weed. En prime, comme les bocaux sont transparents, vous pouvez aussi surveiller les bourgeons au fur et à mesure.

Vous devez placer les bocaux dans un endroit sombre pour protéger la weed de la détérioration. Les bocaux peuvent être rangés dans une armoire ou une boîte opaque. Après avoir trouvé le bon endroit pour stocker vos bourgeons, assurez-vous qu’ils sont conservés dans de bonnes conditions.

2. Fournissez la bonne température et un bon degré d’humidité

Deux autres éléments importants consistent à fournir la bonne température et un bon degré d’humidité durant l’affinage. Des températures élevées peuvent endommager la puissance des têtes mais aussi retenir plus d’humidité dans l’air.

De la même manière, le froid peut ralentir la formation du THC. La meilleure température se situe entre 18 et 21 degrés Celsius. Vous devrez également empêcher trop d’humidité, mais veiller à ce qu’il y en ait assez pour maintenir la saveur et la consistance des bourgeons.

Les bons niveaux d’humidité se situent entre 55 % et 65 %. Vous pouvez utiliser un hygromètre pour mesurer la température et l’humidité de l’espace où vous stockez la weed.

3. Attendez et surveillez votre weed

Il ne vous reste plus qu’à attendre que la weed ait fini de maturer. Vérifiez régulièrement, surtout les premiers jours. Vous pouvez ouvrir les bocaux pour permettre aux fleurs de respirer pendant quelques minutes et prendre le temps de mesurer l’humidité à l’intérieur du bocal.

Surveillez également l’odeur lorsque vous ouvrez vos contenants, car une mauvaise odeur pourrait signifier la présence d’une croissance bactérienne. Après sept jours, vous pouvez vérifier les pots tous les deux jours.

Combien de temps affiner la weed ?

La maturation du cannabis prend deux à quatre semaines. Certains cultivateurs choisissent de la faire durer jusqu’à huit semaines, et il existe même certaines souches qui bénéficient d’une période d’affinage optimale de six mois. Déterminez le temps dont votre récolte a besoin pour atteindre son plein potentiel.

Vous arrivez au bout de votre aventure en tant que cultivateur de cannabis, et il est grand temps de savourer votre weed ! Bonne dégustation !