Combien de grammes par plante de cannabis

Cultiver

Tous les cultivateurs débutants se demandent quel est le rendement d’un plant de cannabis. En moyenne, une plante de weed est susceptible de produire 907 grammes de cannabis non séché. Une fois séché, cela donne une récolte de weed finale qui avoisine les 181 grammes.

Gardez tout de même en tête que la taille du rendement dépend de chaque plante. Vous pouvez récolter moins ou beaucoup plus. Lorsque vous faites pousser une plante de cannabis, divers facteurs entrent en jeu pour déterminer la quantité de votre rendement. Des éléments tels que le profil génétique ou la méthode de formation adoptée peuvent également booster la récolte.

Comment estimer le rendement de son cannabis ?

Il y a deux façons de mesurer le rendement de votre weed.

  1. Mesurer le rendement en fonction de la puissance des lampes de culture.
  2. Mesurer le rendement en mètres cubes.

1. Mesurer le rendement en fonction de la puissance des lampes de culture

Une façon d’estimer le rendement est de le mesurer en fonction de la puissance de vos lampes de culture. Heureusement, le calcul est simplissime.

Calculez le poids total en grammes de la récolte de cannabis séché. Vous pouvez aussi utiliser le poids du cannabis non séché, mais il perd une grande partie de son poids en séchant lorsqu’il se transforme en produit final. Ensuite, divisez ce poids par la puissance de l’ampoule. Voici une meilleure visualisation de la formule :

Poids total du cannabis séché ÷ Watt = Taille du rendement par watt.

Si vous utilisez plus d’une ampoule pour faire pousser vos plantes, additionnez tous les watts. Par exemple, deux ampoules de 400 W donneront 800 W. Si une plante produit 100 grammes de cannabis, le calcul est le suivant : 100g/800W = 0,125g/W.

2. Mesurer le rendement en mètres cubes

Les cultivateurs peuvent également estimer le rendement d’une plante par rapport à la taille de son contenant. Pour commencer, vous devez calculer le volume, ou les mètres cubes, du pot. Multipliez le diamètre de la surface par le diamètre du fond. Puis, multipliez ce nombre par la hauteur verticale.

Divisez le poids sec par les mètres cubes du récipient. La formule serait la suivante :

Poids total du cannabis séché ÷ Mètres cubes du pot = Rendement par mètre cube.

Par exemple, une plante a un poids sec de 100 grammes obtenus dans un pot qui fait 1,67 mètres cubes. 100g/.1,67m3 = 59,88 g/m3.

Facteurs qui déterminent la quantité de weed produite par une plante

Vous pouvez influencer la quantité que vous allez récolter dans une certaine mesure. Certains éléments spécifiques à la culture de la weed peuvent améliorer son rendement. Les facteurs qui entrent en jeu sont :

La qualité génétique

La qualité génétique d’une graine de weed peut conférer à la future plante diverses caractéristiques potentielles. Ces caractéristiques peuvent avoir un impact sur le rendement d’une variété de cannabis. Il existe trois variétés principales de weed : sativa, indica et ruderalis. Les cultivateurs ont tendance à se concentrer sur les souches sativa et indica. En général, une plante à dominante génétique sativa produit une meilleure récolte.

Il n’est pas rare que les sélectionneurs créent des souches hybrides. Les plantes hybrides peuvent avoir des attributs qui maximisent les rendements en plus d’augmenter l’arôme. Vous pouvez aussi envisager de choisir une variété de graines féminisées plutôt qu’à autofloraison.

Les graines féminisées sont conçues pour ne pas produire de chromosomes mâles. Par conséquent, seules des plantes femelles sont produites. Cela peut sembler étrange, mais les graines féminisées peuvent augmenter votre rendement. Bien qu’elles puissent être plus vulnérables aux facteurs de stress environnementaux, elles vous épargnent du travail et sont moins sujettes à la perte de récolte.

Si vous cultivez en intérieur dans un espace limité, la génétique d’une variété féminisée est essentielle pour vous permettre d’obtenir un bon rendement. Bien sûr, les gènes peuvent faire ressortir d’autres grandes caractéristiques d’une plante, comme les cannabinoïdes et les arômes. Une variété féminisée de souche sativa est l’une des meilleures options pour un cultivateur qui espère une bonne récolte.

Culture en intérieur ou en extérieur

Les environnements extérieurs et intérieurs peuvent offrir différents avantages en termes de rendements. Cultiver la weed en extérieur peut aider la plante a bien terminé son cycle de croissance, cependant, vous devez choisir le bon moment pour effectuer le semis. C’est une bonne idée de commencer au début du printemps, car cela permet de donner à la plante suffisamment de lumière et de temps pour passer par chaque étape.

En extérieur, les plantes ont tendance à avoir plus d’espace et une durée de croissance plus longue. L’environnement naturel entraîne aussi souvent une augmentation des rendements. Cependant, la croissance de vos plantes dépend fortement des conditions climatiques et peut également être impactée par des insectes ou des animaux indésirables. Une bonne récolte nécessite un environnement approprié à tout moment. Dans certains cas, la culture du cannabis en intérieur peut offrir un meilleur rendement car elle réduit le risque de destruction de la récolte.

En cultivant en intérieur, vous avez le contrôle sur les cycles de lumière, la température, l’humidité et les niveaux de CO2. Vous profitez ainsi généralement de bourgeons de très haute qualité. Pour maintenir un rendement constant, vous pouvez aussi influer sur d’autres facteurs.

Contrairement à la culture en extérieur, la culture en intérieur permet d’avoir plusieurs récoltes par an. Mais en contrepartie, l’espace de culture en intérieur est souvent limité pour la majorité des cultivateurs. Les deux méthodes peuvent avoir un impact sur le rendement de différentes manières ; il est donc nécessaire de déterminer laquelle est la meilleure vous concernant.

Lumière

La lumière produit l’énergie qui alimente la croissance des plantes ; la quantité de lumière que reçoit une plante peut donc affecter la quantité que vous récoltez. Trop ou trop peu de lumière peut entraver le développement de votre weed et différents aspects de la lumière fonctionnent ensemble pour alimenter la croissance du cannabis ; par exemple, augmenter son intensité peut avoir un effet positif sur la plante et vous permettra d’obtenir un meilleur rendement.

La qualité de la lumière que vous utilisez peut aussi influencer la croissance, le métabolisme et la morphologie de votre plante. Les éclairages rouge et bleu sont souvent les meilleures options pour améliorer le rendement ainsi que la concentration en THC des plantes. Certains cultivateurs utilisent des lampes LED, et d’autres des lampes HPS. Les lampes LED peuvent permettre d’obtenir de meilleurs rendements tout en économisant l’énergie.

Si vous faites pousser de la weed en extérieur, la lumière du soleil peut entraîner une croissance plus vigoureuse. Plus la plante obtient de lumière directe du soleil, plus vous avez de chances d’obtenir un rendement élevé ; comptez environ 10 à 12 heures de soleil par jour dans des conditions satisfaisantes. Bien sûr, quelques heures de plus peuvent avoir un effet positif sur la récolte.

Quoiqu’il arrive, les plantes ne doivent pas recevoir moins de cinq heures de soleil par jour, ni moins de cinq heures de lumière indirecte : veillez donc à choisir le côté le plus ensoleillé de votre jardin pour planter votre weed. Le cycle de lumière joue également un rôle dans la taille du rendement : une plante de cannabis a besoin de périodes d’obscurité ininterrompues. La quantité d’obscurité qu’elle reçoit peut la conduire à décider de rester en phase végétative ou de commencer à fleurir.

Une fois que vous avez un cycle de 12 heures de lumière et 12 heures d’obscurité, la plante jugera qu’il est temps de fleurir. Elle a besoin de suffisamment de temps à ce stade de son développement afin de maximiser son rendement.

Culture en pleine terre ou en pot

Certains cultivateurs de cannabis mettent leurs plantes en pot, et d’autres les cultivent en pleine terre. Les deux méthodes peuvent jouer un rôle dans la quantité de la récolte en fin de processus. Opter pour une culture en pots est pratique, car ces derniers sont facilement transportables. Pour cette raison, les pots peuvent vous donner plus de contrôle sur la santé de la plante.

Vous pouvez remplir le contenant avec un terreau riche en nutriments et ainsi veiller à ce que le système racinaire ait plus de chances de rester sain. Ces facteurs peuvent contribuer à augmenter le rendement de vos plants de cannabis. La taille du pot est également importante : plus le pot est grand, plus la plante a de place pour pousser.

Si vous optez pour un semis en pleine terre, vous pourrez potentiellement obtenir le rendement potentiel maximal de la variété choisie car le sol offre au système racinaire plus de liberté pour s’étendre tandis que les pots peuvent limiter la taille de la plante.

En revanche, la culture en pleine terre est soumise aux saisons et au climat : le rendement en dépend. Mais dans l’ensemble, dans les bonnes conditions climatiques, vous avez plus de chances de cultiver des monstres de weed en pleine terre plutôt qu’en pots.

Durée du stade végétatif

Il existe plusieurs stades à la croissance du cannabis : l’avant-dernier est la phase végétative. Cette phase peut durer de 3 à 16 semaines, et c’est la période où les tiges et les feuilles émergent. La croissance de la plante s’accélère au cours des deux premières semaines, et elle mûrit jusqu’à ce que vous puissiez voir s’il s’agit d’une plante mâle ou femelle. Durant cette phase, la plante a besoin de beaucoup d’air, d’eau et de nutriments.

Quel est le rapport entre la phase végétative et l’importance du rendement ? La phase végétative est celle qui exige le plus de vigilance, car elle précède la phase de floraison. À ce titre, c’est une phase essentielle pour ceux qui souhaitent maximiser leur rendement. Une phase végétative productive donne naissance à une plante grande et saine. Plus la plante est grande, plus vous pourrez obtenir de bourgeons et donc de weed.

Au cours de la phase végétative, il est important de donner aux plantes les nutriments dont elles ont besoin. L’un des nutriments que vous devez fournir en plus grande quantité est l’azote, qui favorise la croissance des tiges et des feuilles. En tant que cultivateur, vous devez également veiller à tailler les feuilles malades, ou à appliquer une méthode de formation à la plante durant cette phase.

La taille et la santé de la plante de cannabis durant cette phase dépendent également d’autres facteurs, selon qu’elle est cultivée en intérieur ou en extérieur.

Engrais

L’objectif des engrais est de fournir au sol davantage de nutriments, surtout si une plante en manque. Les cultivateurs en extérieur peuvent ajouter une solution en poudre lorsqu’ils transportent les cultures en extérieur, mais certains choisissent de ne pas le faire car certaines souches peuvent facilement être brûlées par les nutriments. De manière générale, il faut éviter de surdoser la plante en nutriments car cela peut endommager la plante.

Il faut attendre le stade végétatif pour ajouter de l’engrais : plus tôt, il risque de nuire aux plantules. Si vous vous demandez si les engrais ont un effet sur la quantité que vous pourrez récolter une fois que la plante aura fini de fleurir, la réponse est oui. Les suppléments de nutriments peuvent jouer un rôle essentiel en corrigeant toute carence intrinsèque à la plante ou à son milieu de culture, permettant ainsi une meilleure croissance.

Il existe différents types d’engrais. Les engrais organiques aident à stimuler l’arôme, mais les engrais minéraux sont une option à privilégier pour influer sur la taille et le rendement des plantes. Ils permettent aussi de supplémenter la terre en azote et en phosphore, ce qui favorise la croissance des bourgeons.

En contrepartie, les engrais minéraux laissent souvent un goût indésirable en bouche lorsque vient le moment de consommer la plante. Le fait de laver les racines quelques semaines avant la récolte peut aider à réduire ce goût malvenu.

Méthode de formation

Comme nous l’avons déjà dit, la formation est un processus que les cultivateurs utilisent lorsque la plante atteint sa phase végétative. La formation des plantes implique un ensemble de techniques visant à modifier physiquement la plante de cannabis pour obtenir un meilleur rendement.

Il existe trois principaux types de formation : le palissage, le fait d’endommager ou de tailler la plante, et le fait d’en manipuler les branches. Ces catégories peuvent être décomposées en techniques individuelles. Elles incluent notamment :

  • Le Screen of Green (SCRoG). Le SCRoG est une technique qui consiste à placer une sorte d’écran sur la plante. Au fur et à mesure de la croissance de la plante, les tiges sont ensuite passées à travers cet écran. La plante aura une forme plus plate, ce qui permettra de favoriser le développement de nombreux bourgeons.
  • Le Low Stress Training (LST). Le LST consiste à plier la tige haute vers le bas et à l’éloigner au fur et à mesure que la plante pousse. Il doit être effectué au début du cycle de croissance, lorsque les tiges sont plus souples. La plante aura une forme plate et large qui permettra à plusieurs colas de germer.
  • Le super cropping. Le super cropping consiste à effectuer un type de palissage plus extrême. Vous pouvez utiliser cette méthode si la tige est trop haute et difficile à incliner. Les cultivateurs l’assouplissent généralement un peu avant de la courber.
  • L’étêtage. L’étêtage consiste à endommager la plante lorsqu’elle est très jeune pour favoriser la formation de divers bourgeons. Il s’agit d’ôter le sommet de la tige principale du plant. La plante formera alors deux tiges principales à la place et fera ainsi pousser un colas de plus.
  • Le fimming (écimage). Il existe une autre technique d’endommagement qui est similaire à l’étêtage et qui s’appelle le fimming. Le sommet de la tige principale est rasé au lieu d’être coupé. L’écimage aura moins tendance à stresser la plante, mais il est possible qu’il ne provoque pas la croissance de plusieurs colas.
  • La défoliation. La défoliation consiste à enlever les plus grandes feuilles de la plante. Les cultivateurs le font généralement au cours du premier mois de floraison. Ce processus favorise la croissance des bourgeons.

Les cultivateurs utilisent parfois un mélange de différentes techniques pour augmenter le rendement d’une plante.

Lancez-vous dans la culture du cannabis !

Maintenant que vous en savez plus sur le rendement d’un plant de cannabis et sur ce que vous pouvez faire pour l’améliorer, vous pouvez commencer à faire pousser vos propres plantes. Le processus peut sembler lourd, mais les résultats ne déçoivent jamais ! Vous pouvez commencer n’importe quand !

Si vous voulez en savoir plus sur la culture des plantes de cannabis à chaque étape de leur cycle de vie, consultez nos autres articles conseils. Pour découvrir tous les types de graines que nous proposons, consultez vite notre catalogue des graines de cannabis et choisissez la variété qui est faite pour vous !