You are currently offline

15 conseils pour cultiver du cannabis en intérieur et en extérieur

Vous voulez réussir votre culture de cannabis ? Utilisez ces 15 conseils pour bien cultiver le cannabis, en intérieur comme en extérieur. Dernière mise à jour le 06/12/2022
Contenu

    Rien de tel que de cultiver du cannabis tranquillement à la maison. Même si le processus est relativement simple, il demande du travail et de l’attention. Heureusement, il existe de nombreuses ressources pour vous faciliter la tâche et vous permettre de maîtriser comme un pro la culture du cannabis.

    Vous trouverez ci-dessous 15 des meilleurs conseils que vous pouvez appliquer à la culture du cannabis en intérieur ou en extérieur.

    15 conseils pour bien cultiver le cannabis

    Les cultivateurs de tous niveaux peuvent bénéficier de ces précieux conseils pour cultiver le cannabis comme des pros, en intérieur comme en extérieur.

    1. Allez-y doucement et simplement
    2. Choisissez soigneusement votre variété
    3. Veillez à conserver un environnement de culture propre
    4. Assurez-vous que l’air circule bien et que l’espace est ventilé
    5. Choisissez la bonne taille de contenant ou de pot
    6. Utilisez un milieu de culture de qualité
    7. Prévoyez assez d’espace entre les plantes
    8. Soutenez vos plantes pour éviter d’abîmer les branches
    9. Surveillez et maintenez les bons niveaux de pH, de température et d'humidité
    10. Utilisez des nutriments, mais n'en abusez pas
    11. Ne stressez pas vos plantes : allez-y avec beaucoup de délicatesse
    12. Arrosez avec de l’eau de bonne qualité et avec parcimonie
    13. Contrôlez la sécheresse du sol
    14. Rincez les racines avant de récolter
    15. Récoltez, séchez et faites maturer correctement vos bourgeons de cannabis

    Conseil n°1 : restez simple et ne vous précipitez pas

    Les cultivateurs, en particulier débutants, doivent commencer par une culture simple. La culture du cannabis demande du temps et de l'argent : éviter les complexités, surtout quand on débute peut minimiser les risques d’erreur et ainsi éviter les frustrations.

    Commencez par planter quelques graines dans une chambre de culture simple si vous cultivez en intérieur. Vous pouvez opter pour des graines faciles à cultiver et vous concentrer sur les étapes importantes de la croissance de vos plants de cannabis. Tenir un calendrier de culture peut vous aider à suivre chaque étape du cycle de vie de vos plantes.

    Une autre façon d'éviter les erreurs est de rester patient. La culture en intérieur comme en extérieur prend au moins quelques mois, et accélérer les choses pourrait nuire à la plante. Une récolte trop précoce peut aussi sérieusement influer sur la qualité du cannabis récolté.

    Conseil n°2 : choisissez soigneusement votre variété

    Chaque variété contient un génotype unique qui lui donne ses propres avantages. Certaines graines sont mieux adaptées pour une culture en extérieur, d'autres sont résistantes aux fluctuations climatiques. Toutes les graines de cannabis sont divisées en trois catégories : les graines autofloraison, féminisées et régulières.

    Les graines de cannabis autofloraison sont l'option la plus facile pour les débutants. Elles conviennent bien à la culture en intérieur comme en extérieur et fleurissent automatiquement. Les graines de cannabis féminisées correspondent plutôt à un niveau de culture intermédiaire. Généralement, elles ne produisent pas de plantes mâles, mais vous devez gérer le cycle de lumière pour initier la phase de floraison.

    Les graines régulières conviennent aux cultivateurs plus expérimentés. En plus du cycle de lumière, vous devez garder un œil sur le sexe des plantes et retirer les plants mâles pour éviter la pollinisation.

    Conseil n°3 : veillez à conserver un environnement de culture propre

    Lorsque vous cultivez du cannabis en intérieur, vous devez vous assurer de le faire dans une zone propre. Les champignons, les moisissures et les bactéries peuvent nuire aux plantes en croissance, notamment au stade du semis, lorsque le cannabis est le plus vulnérable. Un environnement intérieur vous permet aussi de mieux contrôler les conditions de culture.

    Si vous utilisez une tente de culture, vous pouvez la nettoyer régulièrement avec des lingettes antibactériennes. Si des problèmes de moisissure apparaissent, désinfectez complètement l'espace. En extérieur, les cultivateurs ont moins de contrôle sur l'environnement dans lequel évoluent les plantes. Les parasites et les agents pathogènes peuvent également poser un problème : pour y remédier, vous pouvez utiliser un insecticide biologique sans danger pour le cannabis.

    Conseil n°4 : assurez-vous que l’air circule bien et que l’espace est ventilé

    Une bonne circulation de l'air est essentielle pour produire du cannabis dans n'importe quel type d'environnement. Une légère brise circulant à travers les feuilles peut aider la plante à rester forte et également permettre d’éloigner certains parasites et moisissures qui se régalent dans des conditions de forte humidité et de chaleur.

    En extérieur, les plantes doivent être placées dans un endroit où elles peuvent être exposées au vent, mais pas trop, car des vents trop forts peuvent endommager les feuilles et les branches. En intérieur, il est nécessaire de créer un flux d'air pour imiter les conditions extérieures grâce à la ventilation.

    Un bon système d'aération utilise des ventilateurs pour faire circuler l'air. Il peut fonctionner en continu ou toutes les quelques minutes, en fonction de la taille de l'espace de culture.

    Conseil n°5 : choisissez la bonne taille de contenant ou de pot

    La plupart des cultivateurs préfèrent utiliser des pots en tissu, des « SmartPot » et des pots aérés pour cultiver le cannabis. Le type de contenant que vous choisissez peut dépendre de l'endroit où vous prévoyez de cultiver votre cannabis. Lorsque vous sélectionnez le pot ou le contenant, n'oubliez pas que la taille joue un rôle dans la croissance du cannabis.

    Pour faciliter la culture, il est possible de planter les plantes de cannabis dans des pots, même en extérieur. Un récipient plus grand permet aussi souvent d'obtenir un rendement plus important, car l'augmentation de l'espace donne aux racines plus de liberté pour se développer. La taille idéale est de 10 à 15 litres, mais certaines personnes utilisent des pots allant jusqu'à 25 litres. Si vous cultivez en intérieur, n'oubliez pas que les grands récipients prennent plus de place.

    Les personnes disposant d'un espace de culture limité utilisent souvent des pots plus petits. Bien sûr, les plantes ne deviennent pas aussi grandes, mais pour compenser, il est possible de planter plus de graines.

    Conseil n° 6 : utilisez un milieu de culture de qualité.

    Il ne faut pas utiliser n'importe quel type de terre pour cultiver du cannabis. Le milieu de culture que vous offrez à la plante doit contenir les minéraux nécessaires pour donner naissance à une plante de cannabis saine. Un sol riche en nutriments est donc essentiel pendant la phase de semis, mais il existe d’autres caractéristiques essentielles auxquelles veiller.

    La texture du sol doit être légère et meuble. Un sol meuble permet à la plante de cannabis en croissance de recevoir suffisamment d'oxygène, mais elle assure aussi un meilleur drainage.

    Vous avez peut-être déjà entendu parlé du mode de culture hydroponique. Il s'agit d'une méthode sans terre qui utilise l'eau comme principal support. Le cannabis produit en hydroponie peut pousser plus vite et donner de meilleurs résultats. Dans l’eau, les éléments nutritifs sont plus facilement disponibles pour les plantes.

    Conseil n° 7 : prévoyez assez d’espace entre les plantes

    Un autre conseil utile est de laisser de l’espace entre les plantes. Les branches s'étendent vers l'extérieur à mesure que la plante de cannabis grossit, et sans l’espace nécessaire, les branches des plantes vont jouer des coudes et finir par se regrouper, ce qui aura pour conséquence d’augmenter le taux d’humidité.

    De ce fait, le flux d'air risque de ne pas circuler efficacement à travers les feuilles, et des moisissures peuvent se développer. Une autre raison qui justifie l’espacement des plantes est la concurrence des plantes entre elles : avec assez de place, les plantes n'auront pas à se disputer la lumière et pourront s’épanouir pleinement.

    Chaque plante doit avoir suffisamment d'espace pour se développer au maximum de son potentiel. Vous pouvez déterminer l'espacement en fonction du nombre de plantes et du type de souches. L'espacement moyen entre les plantes est de 15 cm.

    Conseil n°8 : Soutenez vos plantes pour éviter d’abîmer les branches

    Lorsque la plante de cannabis commencera à former de gros bourgeons, vous aurez besoin d'un moyen de les soutenir. En effet, il arrive que les branches ne puissent pas supporter tout le poids des bourgeons et finissent par se casser. La tige principale peut s'effondrer sous le poids des fleurs. Les cultivateurs peuvent utiliser des outils et méthodes spécifiques pour soutenir leurs plantes.

    Vous pouvez utiliser de la ficelle et des tuteurs pour maintenir la plante en position verticale. Ces méthodes permettent de sécuriser les colas et enlèvent un peu de charge à la plante. D'autres personnes préfèrent utiliser des cordes, un filet ou un treillis, souvent utilisés dans la culture en extérieur. Placer un support en fer (comme celui pour les tomates) autour du plant peut aussi aider à sécuriser les branches.

    Conseil n° 9 : Surveillez et maintenez les bons niveaux de pH, de température et d'humidité

    Comme nous l'avons déjà mentionné, un environnement humide et chaud augmente le risque de formation de moisissure et de bactéries. Néanmoins, l'humidité ne doit pas être trop faible car la plante de cannabis en a besoin pour remplacer l'eau qu'elle perd. Une température trop froide peut également ralentir la croissance des plantes ou les tuer. Une chaleur extrême peut aussi nuire au cannabis.

    Au stade du semis, la température doit se situer entre 20 et 25 degrés Celsius. L'environnement doit avoir une humidité de 65 % à 70 %. Pendant la phase végétative, la chaleur peut aller jusqu'à 86 degrés, et l'humidité peut descendre jusqu'à 40 %. Durant la phase de floraison, il doit faire entre 20 et 25 degrés Celsius et 40 % à 50 % d'humidité.

    Les cultivateurs doivent surveiller le pH du milieu de culture, car le cannabis préfère un environnement légèrement plus acide. En général, le sol doit avoir un pH de 6,0-7,0, mais les cultures hydroponiques peuvent avoir un pH de 5,5-6,5. Vous pouvez commencer avec un pH de 6,5 et vous rapprocher de 6,0 pendant les phases végétative et de floraison.

    Conseil n° 10 : utilisez des nutriments, mais n'en abusez pas.

    Les plantes de cannabis ont besoin de divers nutriments à des fins différentes. Certaines stimulent la production de chlorophylle, d'autres jouent un rôle essentiel dans la production de bourgeons sains. Les macronutriments sont l'azote, le phosphore et le potassium. Les micronutriments sont le calcium, le magnésium, le cuivre et le fer.

    Chaque phase de croissance de la plante nécessite des minéraux à des niveaux différents. Au stade du semis, le milieu de culture contient en principe assez de nutriments sans avoir à en rajouter.

    Une carence pourrait entraîner un retard de croissance des plantes, mais il est toutefois nécessaire de ne pas suralimenter en nutriments. Une trop grande quantité de nutriments peut entraîner ce qu'on appelle une brûlure des nutriments. Les extrémités des feuilles deviennent brunes, et le cannabis ne peut pas faire circuler l'eau et les minéraux dans la plante.

    Vous pouvez réduire le nombre de nutriments pour rétablir de bons niveaux de nutriments et retrouver une plante en bonne santé.

    Conseil n°11 : ne stressez pas vos plantes : allez-y avec beaucoup de délicatesse

    Comme les humains, les plantes de cannabis peuvent mal réagir au stress. Un stress trop important peut entraîner un choc dont les effets peuvent être plus ou moins graves. Le stress peut rendre le cannabis vulnérable aux parasites et aux pathogènes, et il peut avoir un impact sur la taille du rendement. Les plantes de cannabis peuvent avoir du mal à absorber la lumière.

    Le stress et les chocs peuvent conduire certaines tiges à s’affaisser ou se flétrir, voire même à mourir.
    Les changements de température, de sol et d'autres conditions provoquent un stress pour les plantes, il y a donc toujours un risque lorsque vous transplantez du cannabis d’un pot à un autre. Veillez à effectuer la transplantation au bon moment pour éviter les déconvenues.

    Vous pouvez prévenir le stress en évitant les interruptions du cycle de lumière et en maintenant une température optimale pour la plante.

    Conseil n°12 : Arrosez avec de l’eau de bonne qualité et avec parcimonie

    Le cannabis a besoin d'une eau filtrée ou à pH neutre pour rester en bonne santé. Il est essentiel d'utiliser une eau de qualité, car différentes sources contiennent divers minéraux et bactéries, dont certaines ont un impact négatif sur la culture des plantes. En outre, si le pH de l'eau dépasse 7, le sol risque de devenir plus alcalin et d’empêcher les plantes d’absorber les nutriments à un niveau nécessaire.

    Un problème courant chez les cultivateurs est l'arrosage excessif : lorsque les bords des feuilles brunissent et que les tiges s’affaissent, cela signifie que la plante reçoit trop d’eau. Un arrosage trop fréquent réduit la quantité d'oxygène que les racines reçoivent. Il est donc nécessaire de laisser passer suffisamment de temps entre les arrosages et d'arroser lentement jusqu'à ce que tout rentre dans l'ordre.

    Conseil n°13 : contrôlez la sécheresse du sol

    Si l'arrosage excessif est un problème, la sécheresse l'est tout autant. Une forte sécheresse provoque un stress qui peut entraîner une baisse des rendements voire faire mourir la plante. Cependant, certains cultivateurs contrôlent la sécheresse à leur avantage, car la plante, légèrement stressée, déclenche la production de métabolites secondaires. Les cultivateurs peuvent ainsi augmenter la teneur en cannabinoïdes et en terpènes de leurs cultures.

    Le contrôle du stress lié à la sécheresse doit être effectué avec soin car ce n’est pas une technique facile. Elle est donc davantage réservée aux cultivateurs plus chevronnés. Si vous voulez vous y essayer, elle doit être réalisée pendant la phase de floraison, lentement, et vous devez surveiller vos plantes de très près pour éviter une sécheresse excessive.

    Conseil n°14 : rincer les racines avant de récolter

    Une autre technique que les cultivateurs trouvent bénéfique est le rinçage des racines. Ce processus vous permet d'éliminer l’excès de nutriments des racines ; ce qui permet en retour d’obtenir une weed plus goûteuse. Si vous ne nettoyez pas le système racinaire de vos plants de cannabis, vous risquez d’avoir mal à la gorge et de ressentir des démangeaisons lorsque vous consommerez la weed.

    Le meilleur moment pour laver les racines est juste avant la récolte, mais cela peut dépendre du type de sol que vous utilisez.

    Le processus est simple et consiste à remplir le sol d'eau jusqu'à ce qu'il ne puisse plus en absorber. Si vous utilisez un récipient, l'eau doit s'écouler par le trou situé au fond. Lorsque le drainage devient clair, vous avez terminé le rinçage.

    Conseil n°15 : récoltez, séchez et faites maturer vos bourgeons de cannabis

    Lorsqu'il est enfin temps de récolter vos plantes de cannabis, il faut le faire au bon moment. Une récolte trop précoce peut donner lieu à un rendement plus faible et des bourgeons peu puissants, et en contrepartie, vous pourriez manquer le moment où le THC atteint son pic si vous attendez trop longtemps. Le produit final pourrait induire de la somnolence, sans aucuns effets positifs.

    Vous saurez que la plante est prête à être récoltée lorsque 50 % à 70 % des pistils deviennent bruns et secs. Au microscope, les trichomes apparaissent d'un blanc laiteux à jaune. Après la récolte, la prochaine étape importante est de sécher et de faire maturer de votre récolte.

    Le séchage permet au cannabis d'être comestible et l'empêche de vous gratter la gorge. Un cannabis bien séché peut se conserver longtemps sans moisir. En outre, un bon séchage peut maximiser la qualité de votre cannabis en préservant les terpènes et en améliorant la saveur générale.

    Utilisez ces conseils pour votre prochaine culture de cannabis !

    Vous avez toutes les cartes en main pour devenir un pro de la culture du cannabis ! Cela peut paraître beaucoup, mais vous arriverez à mettre en pratique ces conseils au fur et à mesure que vous développez votre propre expérience de culture du cannabis. Bien sûr, il y a plein d’autres techniques pour bien cultiver le cannabis : visitez notre page d'accueil pour découvrir d'autres conseils sur la culture en intérieur et en extérieur. Si vous souhaitez obtenir des souches de cannabis de qualité, contactez-nous pour découvrir celle qui vous convient le mieux ou consultez toutes nos graines !