Guide du SCRoG du Cannabis : Qu'est-ce que le SCRoG ? Comment et quand y avoir recours ?

Cultiver

La culture du cannabis demande de l’attention et de l’entretien. Si vous avez envie de maximiser votre rendement avec quelques efforts supplémentaires, vous pouvez essayer un procédé appelé le SCRoG. À ne pas confondre avec le SoG, le SCRoG est un procédé que de nombreux cultivateurs de cannabis utilisent pour faire pousser plus de bourgeons. Les cultivateurs qui ne font pousser que quelques plantes peuvent tirer le meilleur parti de cette technique.

Vous avez peut-être déjà entendu ce terme auprès d’autres cultivateurs, et peut-être voulez-vous essayer. Mais attention, cette méthode n’est pas aussi simple qu’une formation LST à faible niveau de stress.

Vous trouverez ci-dessous un guide pratique du SCRoG qui vous aidera à former vos plantes de manière efficace. Il vous suffit de préparer votre installation SCRoG et d’exercer vos talents de tailleur de cannabis.

Qu’est-ce que le SCRoG Cannabis (Screen of Green) ?

La technique du SCRoG est principalement utilisée en intérieur, mais les cultivateurs en extérieur peuvent également y avoir recours.

Le Screen of Green, ou SCRoG en abrégé, est une méthode de formation des plantes de cannabis. À l’état naturel, vos plantes poussent vers le haut et non sur les côtés. Comme d’autres techniques, le Scrogging vise à permettre à la plante de cannabis de produire des rendements plus élevés. La méthode consiste à faire descendre les branches supérieures et remonter les branches inférieures.

La technique consiste à placer une maille, un filet, un grillage ou des cordes sur les plantes pour entraver leur croissance horizontale afin qu’elles soient plus plates. Mais l’apparence ne fait pas tout : vous pourrez obtenir des bourgeons beaucoup plus puissants de cette façon.

> Aller à : Comment faire un scrog?

Avantages et inconvénients du technique SCRoG

L’un des grands avantages du SCRoG est la répartition de la lumière sur vos plantes. La lumière peut atteindre chaque branche de manière uniforme et la plante peut consacrer une partie de ce regain d’énergie pour développer d’autres colas. Par conséquent, vous pouvez obtenir une meilleure récolte qu’avec du cannabis non formé. La méthode stimule aussi la production de résine.

Les moisissures et les maladies peuvent être un problème pour de nombreux cultivateurs, c’est pourquoi une bonne circulation de l’air est importante. Avec le SCRoG, une brise légère au-dessus et sous la plante peut réduire ce risque. En outre, cette méthode apporte un soutien supplémentaire à vos plantes.

L’un des inconvénients du SCRoG est qu’il faut du temps pour tisser et attacher les plantes au grillage ou au filet. Cela peut s’avérer très chronophage, surtout si vous avez beaucoup de plantes de cannabis. La technique exige une grande attention aux détails, et la marge d’erreur est faible.

Par ailleurs, stresser les plantes peut les endommager ou altérer leur croissance. Pour cette raison, il est préférable d’éviter ce genre de méthode si vous avez une souche à croissance rapide et au cycle de vie court comme une autofloraison.

À quel moment procéder au SCRoG du cannabis ?

Pour de meilleurs résultats, l’écimage s’effectue pendant la phase végétative. Le SCRoG commence généralement lorsque la deuxième pousse de feuilles en éventail apparaît.

Si vous cultivez des autofloraisons, vous devrez commencer plus tôt, mais cela dépend de la variété choisie.

Avec les variétés à autofloraison régulières, vous pouvez appliquer la méthode au début de la phase de floraison. Les super autofloraison ont quant à elles un stade végétatif plus long, ce qui vous laisse plus de temps.

Préparer votre culture SCRoG

Il y a quelques éléments que vous devez prendre en compte lorsque vous vous préparez à effectuer un SCRoG, notamment :

Choisir la meilleure souche pour le SCRoG

Il existe de nombreuses graines de cannabis sur le marché et elles ont toutes leurs avantages et leurs inconvénients en matière de SCRoG. Parmi les souches les plus adaptées au Scrogging, on retrouve :

  • La Bruce Banner : La Bruce Banner est parfaite pour le SCRoG. La plante présente une résistance considérable aux moisissures, et elle aime aussi beaucoup la lumière : c’est exactement ce que le SCRoG a à offrir.
  • L’OG Kush : Cette variété est facile à cultiver et fleurit rapidement. C’est aussi la souche idéale pour un usage thérapeutique. Même si l’OG Kush nécessite peu d’entretien, une formation en méthode SCRoG ne peut pas lui faire de mal.
  • La Pinkman Goo : Si vous voulez cultiver un cannabis avec une incroyable production de résine, c’est la variété qu’il vous faut. La plante se prête très bien au Scrogging et offre de gros rendements, surtout entre les mains de cultivateurs expérimentés !
  • La Super Silver Haze : La Super Silver Haze est une plante avec un niveau élevé de THC qui produit d’excellents rendements. Sans compter qu’elle a une forte résistance aux moisissures. Si vous voulez une candidate au SCRoG aux effets thérapeutiques, la SSH est un bon choix.
  • La Sour Diesel : La Sour Diesel est une souche idéale pour les débutants. Elle peut produire une quantité considérable de THC et est particulièrement adaptée à la méthode SCRoG car elle peut devenir très imposante.

Acheter ou fabriquer un filet de SCRoG

Le filet de SCRoG est la partie la plus importante du processus. Vous pouvez en acheter un pour un prix raisonnable, mais vous devez vous assurer d’acheter le bon. La taille du filet de SCRoG dépend notamment de la taille de vos plantes et de votre espace de culture.

Sachez qu’un filet plus grand est moins susceptible de poser problème qu’un filet trop petit. Sélectionner le bon matériau est également important ; en principe, les plants de cannabis se lient assez bien à la simple ficelle.

Vous pouvez également fabriquer votre propre filet de SCRoG. Vous avez ainsi la certitude qu’il s’adapte parfaitement à vos cultures et à votre espace. Vous pouvez commencer par fabriquer un cadre carré à partir de quatre baguettes de bois, puis fixer quatre pieds de taille égale au cadre. Certaines personnes utilisent des tubes en PVC au lieu du bois. Ensuite, vous pouvez tendre un filet avec de la ficelle.

Choix des pots

Si vous avez plusieurs plantes, vous voudrez les placer à bonne distance les unes des autres. La technique du SCRoG permet de faire pousser le cannabis latéralement, ce qui augmente vos chances que les plantes poussent de manière compacte. Cependant, vous devez également tenir compte de la taille de votre espace de culture.

Il est préférable de prendre des pots plus petits pour gagner de la place. Les plus petits pots sont adaptés aux plantes dont la période végétative est plus courte. Veillez toutefois à ne pas acheter des pots trop petits, car cela pourrait nuire à la croissance des plantes.

Vous n’avez peut-être qu’une ou deux plantes à faire pousser. Dans ce cas, vous pouvez utiliser un pot de plus grande taille tout en maintenant un espacement optimal. Les producteurs qui prévoient une période de végétation de plus de six semaines utilisent des conteneurs de taille suffisante pour accueillir un système racinaire étendu.

Certains cultivateurs choisissent aussi de travailler avec des pots en tissu : comme la méthode SCRoG améliore la circulation de l’air, les pots en tissu se combinent bien avec cette méthode de formation. Les plantes reçoivent suffisamment d’oxygène, mais le sol et les racines aussi.

Placer les plantes

Comme nous l’avons déjà mentionné, vous devez placer vos plantes de manière à ce qu’elles soient éloignées les unes des autres. Si les plantes sont trop proches, l’air ne peut pas passer aussi facilement à travers les branches, ce qui peut entraîner la formation de moisissures sur le cannabis. La distance idéale entre chaque pot est de 30 à 60 cm.

Si vous choisissez une variété qui a tendance à produire de grandes plantes, modifiez l’espacement pour tenir compte de la croissance. Si vous cultivez en extérieur, vous pouvez utiliser une cage à tomates pour étendre les branches. Bien entendu, les plantes doivent se tenir droites sous le filet pour pouvoir être attachées facilement.

Pour une distribution optimale de l’énergie, votre plante doit être placée directement sous la source de lumière. Les fleurs gagneront également à être placées vers l’avant ou au milieu. Toutefois, la plante doit se trouver à une certaine distance des lampes de culture pour éviter les dommages causés par la chaleur.

Si vous avez des ventilateurs dans la pièce, placez vos plantes près du flux d’air. Certains cultivateurs placent leur culture au-dessus d’un ventilateur qui souffle vers le haut.

Comment faire un scrog?

Si vous avez l’intention de vous lancer dans le SCRoG, il y a plusieurs étapes à mettre en œuvre. Pour une croissance réussie avec le SCRoG, suivez ces étapes simples :

  1. Régler la hauteur du SCRoG
  2. Plantes supérieures
  3. Tresser les branches à travers le filet
  4. Tailler les plantes
  5. Phase de floraison des plantes
  6. Prendre soin des plantes

1. Régler la hauteur du SCRoG

Lorsque vous placez le filet de SCRoG, il doit y avoir un espace suffisant entre lui et la plante. La distance doit être d’environ 7 à 15 centimètres. Vous pouvez placer le filet pendant que la plante de cannabis est au stade de la germination et l’ajuster ensuite si nécessaire.

La hauteur du filet de SCRoG peut dépendre de la taille de la plante. Grâce à cette méthode, la lumière peut se concentrer uniformément sur chaque branche. Vous pouvez obtenir beaucoup plus de bourgeons consommables de cette façon. Méfiez-vous toutefois d’une croissance latérale trop importante et veillez à ce que les branches de chaque plante ne soient pas empilées les unes sur les autres.

2. Topping des plantes

Le SCRoG est plus efficace si vous le combinez avec le Topping. Cette méthode de formation populaire à fort stress encourage également une croissance latérale et permet d’obtenir plusieurs colas. Le meilleur moment pour y avoir recours est lorsque le cannabis a 3 à 5 nœuds, mais plusieurs cultivateurs préfèrent couper au cinquième nœud. Vous pouvez juger du moment opportun lorsque les branches supérieures dépassent votre grille de SCRoG.

Pour ce faire, vous avez besoin d’un sécateur bien aiguisé. Attendez la phase végétative et trouvez le nœud supérieur. Retirez ensuite l’extrémité de la tige principale. La plante concentre alors plus d’énergie sur une autre tige.

Vous pouvez avoir recours à cette technique plusieurs fois pendant la phase végétative. Cependant, arrêtez dès le début de la phase de floraison. Comme il s’agit d’un processus très stressant, il est conseillé d’attendre une à deux semaines entre chaque séance. Les plantes de cannabis ont besoin de temps pour se remettre du processus et s’habituer à leur nouveau schéma de croissance.

3. Tresser les branches à travers le filet

Lorsque vos plantes sont suffisamment hautes pour atteindre le grillage, vous pouvez commencer à y faire passer les branches. Comme mentionné précédemment, ce processus peut prendre un certain temps car vous devez le faire à la main.

Essayez de remplir chaque trou du filet ou du grillage avec une branche. Tendez ensuite les branches aussi loin que possible sur la corde et fixez-les soigneusement.

Il est essentiel que vous procédiez avec prudence, car une force trop importante peut entraîner le cassage ou la déchirure des branches. Lorsque vous les déplacez, déterminez où les branches veulent aller naturellement : il se peut que les branches ne se déplacent pas ou ne restent pas là où vous le souhaitez. Dans ce cas, mettez-les dans un sens différent pour éviter qu’elles ne se cassent. Vous pouvez aussi légèrement tourner le pot sous le filet pour ajuster l’orientation des branches.

Certains cultivateurs préfèrent commencer par les bords du filet de SCRoG et aller vers le milieu. Quand vous avez terminé, on dirait que les branches s’emboîtent.

4. Tailler les plantes

Une fois que vous avez fini votre tissage, vous pouvez déterminer où la plante doit être taillée. Ce processus est un peu l’inverse du Topping évoqué plus haut. Au lieu d’enlever des parties de la plante au sommet, vous devez couper les branches inférieures.

Cette étape est nécessaire car elle libère plus d’énergie pour le développement de nouveaux bourgeons. Les nutriments et l’apport en eau permettent alors de nourrir le reste du cannabis. Les branches superflues devraient se trouver sous celles que vous faites passer dans votre filet de SCRoG.

Pour cela, vous aurez besoin d’un sécateur ; assurez-vous que vos outils sont bien aiguisés et propres. Lorsque vous avez fini de tailler, laissez à votre plante le temps de se remettre de ce stress.

5. Phase de floraison des plantes

L’étape suivante du SCRoG consiste à faire entrer vos plantes dans leur phase de floraison. Vous pouvez observer quand les plantes ont maximisé leur croissance végétative. Avec les variétés à autofloraison, la floraison commence automatiquement. Les souches régulières et féminisées, en revanche, ont besoin d’un coup de pouce. Le moment de la transition dépend alors de vous.

Si vous utilisez un système hydroponique, il faut 3 à 4 semaines aux plantes de cannabis pour passer à la phase de floraison. Si vous cultivez en pleine terre, comptez 6 à 8 semaines. Plus vous gagnez en expérience dans la culture du cannabis, plus cette transition devient intuitive.

Quand vous sentez que c’est le bon moment, changez le cycle de lumière pour alterner entre 12 heures de lumière et 12 heures d’obscurité. Notez que pendant la phase de floraison, la croissance se poursuit encore pendant un certain temps.

Une fois que les plantes fleurissent, il ne vous reste plus qu’à guetter les signes indiquant qu’elles sont prêtes à être récoltées.

6. Prendre soin de vos plantes

Donnez à vos plantes suffisamment d’eau et de nutriments. L’arrosage doit être effectué peu de temps après chaque session de SCRoG, car les plantes ont besoin de se remettre du stress qui leur a été causé.

Évitez toute autre méthode de formation jusqu’à ce que votre plante soit prête à être récoltée, et respectez l’apport en nutriments conseillé.

Après avoir été taillées, certaines plantes peuvent sembler un peu flétries. En principe, cela ne doit pas vous inquiéter : après avoir reçu beaucoup de lumière directe, elles retrouveront un aspect sain et luxuriant.

Ensuite, vérifiez tous les quelques jours que vos plantes se portent bien.

Conseils pour les cultivateurs expérimentés

Une astuce consiste à combiner d’autres techniques de formation avec le SCRoG. Avec la méthode de formation LST « Low Stress Training », vous pouvez manipuler les tiges dans une position où les pousses latérales rempliront le filet encore plus rapidement. Le processus consiste à plier les branches et à les attacher. Avec cette méthode, il est important de vérifier la souplesse de chaque tige pour s’assurer qu’elle ne cassera pas.

Vous pouvez également utiliser la méthode du « Main-lining ». Il s’agit d’une autre méthode qui consiste à étêter la plante pour séparer les branches d’une même tige. Ensuite, vous les attachez et répétez le processus plusieurs fois.

Certains cultivateurs pratiquent aussi le « Super Cropping ». C’est une méthode qui ne nécessite aucun outil spécifique et qui consiste à serrer les branches pour les rendre plus faciles à tisser. Vous devez réparer les branches endommagées.

Enfin, vous pouvez choisir une méthode appelée « Lollipop ». Similaire à l’élagage, elle consiste à enlever le feuillage inférieur, mais aussi à couper les bourgeons inutiles. Cela semble contre-intuitif, mais cette méthode permet à la plante de se concentrer sur les bourgeons les plus productifs.

Un autre conseil est de faire pousser une variété autofloraison qui pousse plus haut que les souches autoflo moyennes, car ce type de cannabis est généralement plus petit que le cannabis féminisé. Une variété autofloraison à forte croissance peut aider à remplir davantage le filet.

Si votre plante est plus grande que prévu, vous risquez de manquer d’espace. C’est un problème courant auquel les producteurs sont régulièrement confrontés. Vous pouvez faire remonter vos lampes de culture ou essayer de faire pousser la plante de manière plus plate. Certains cultivateurs ajoutent un deuxième filet pour exercer une pression. Cette pression supplémentaire peut favoriser une croissance latérale.

Conclusion : Le SCRoG du cannabis

La technique du SCRoG est l’une des nombreuses méthodes pour faire pousser des bourgeons de qualité à chaque récolte. Plus vous le pratiquez, plus le Scrogging devient facile.

N’hésitez-pas à visiter notre site ou à nous contacter pour découvrir quelles souches sont parfaites pour le SCRoG !